Avez-vous 19 ans ou plus?

(18 ans et plus en Alberta et 21 ans et plus au Québec)

Si vous êtes un patient inscrit auprès de Cannabis Médical de Shoppers mais que vous n’avez pas atteint l’âge légal dans votre province, cliquez ici

Comment obtenir votre document médical
Centre d'assistance

Section d'apprentissage

Indica ou sativa? C’est compliqué

Découvrez la signification de ces termes et d’autres attributs du cannabis que vous pouvez rechercher pour répondre à vos besoins en matière de santé.

Une façon courante de classer les produits de cannabis est de les regrouper en indiquant indica ou sativa, ce qui donne aux patients un aperçu de la génétique des plantes et des effets médicaux souhaités. Si ces deux désignations peuvent contribuer à simplifier un marché complexe, en particulier pour les nouveaux venus sur le marché du cannabis, l’utilisation de cette convention de dénomination a ses défauts. Voici ce que vous devez savoir sur les cannabis indica et sativa.

Qu’est-ce que le cannabis indica?


Qu’est-ce que le cannabis indica?

Originaires de la région montagneuse de l’Hindu Kush, qui comprend l’Inde, la Turquie, le Maroc, l’Afghanistan, le Pakistan et le Népal, les indicas sont décrits comme des plantes courtes, touffues et à larges feuilles avec des tiges épaisses et des boutons floraux étroitement groupés. Les effets des indicas sont considérés comme très relaxants et sédatifs.


La nature apaisante du cannabis indica est parfois attribuée, à tort, au CBD ou cannabidiol, un cannabinoïde non enivrant qui peut avoir un effet calmant sur le corps. Si le CBD peut être présent dans les indicas, les sativas et les variétés hybrides, la cause la plus probable de l’effet relaxant des indicas est un terpène aromatique dominant appelé myrcène. Non seulement ce terpène a montré qu’il détend les muscles dans des études animales, mais une récente étude néerlandaise a démontré que la teneur en myrcène est fortement corrélée aux variétés de cannabis ayant des attributs dominants d’indica. On pense également que le myrcène augmente les effets du THC, ou tétrahydrocannabinol, le cannabinoïde enivrant.

 

Qu’est-ce que le cannabis sativa?


Qu’est-ce que le cannabis sativa?

Poussant dans les climats chauds, le cannabis sativa est probablement originaire d’une région proche de l’équateur et continue de pousser à l’état sauvage dans des endroits comme la Colombie, le Mexique, la Thaïlande et dans toute l’Asie du Sud-Est. Avec leurs feuilles étroites et légères, les sativas profitent pleinement des habitats ensoleillés en donnant de longues tiges, mais en produisant moins de fleurs que les indicas. On dit que les effets du cannabis sativa sont énergisants et stimulants et qu’il est souvent considéré comme un meilleur choix pour une utilisation diurne que les indicas, qui sont sédatifs. Certains terpènes associés au cannabis à dominance sativa sont le pinène et le terpinolène, qui ont une odeur rappelant une pinède, et le bêta-caryophyllène, le même arôme que l’on trouve dans le poivre noir. 

Bien que les cannabinoïdes CBD et THC soient presque identiques chez les indicas et les sativas, on a constaté que les cannabinoïdes mineurs CBG (cannabigol) et FSC (cannabichromène) étaient présents en plus grande quantité dans les variétés de cannabis sativas, selon une étude récente. Le troisième cannabinoïde le plus présent (après le CBD et le THC), le CBG, n’est pas enivrant et semble avoir des effets analgésiques. Le CBC, qui est plus rare, aurait des effets anti-inflammatoires et antidépresseurs.


Cannabis MedicalCannabis Medical


Qu’est-ce que le cannabis hybrid?


Qu’est-ce que le cannabis hybride?

Mélange d’indica et de sativa, le cannabis hybride est le principal constituant des produits qu’on retrouve sur les tablettes de nos jours. En effet, au cours des 50 dernières années en Amérique du Nord, le cannabis a été croisé et hybridé pour favoriser différents effets, notamment le THC pour le marché commercial. C’est pourquoi les souches hybrides sont souvent mises en marché à l’aide de l’appellation « à dominance indica » ou « à dominance sativa », ce qui permet aux gens de les différencier. Cependant, les patients doivent garder à l’esprit que les produits ayant des traits dominants sont toujours des hybrides, et ne doivent pas compter sur le fait de se sentir complètement détendu ou plein d’énergie selon les descriptions indica ou sativa. Toute variété mixte a une part d’inconnu en raison de la façon complexe dont les composés du cannabis fonctionnent ensemble, ainsi que de l’influence unique que la synergie chimique d’une variété peut avoir sur le patient. Avec des centaines de souches hybrides sur le marché, chacune a des effets thérapeutiques potentiellement différents.

 

D’où proviennent les noms indica et sativa?

D’où proviennent les noms indica et sativa?

À la fin du XVIIIe siècle, le botaniste français Jean-Baptiste Lamarck a poursuivi les travaux de ses prédécesseurs occidentaux qui ont classé le chanvre européen – qu’ils ont appelé Cannabis sativa – comme une espèce domestiquée. Après que des échantillons de cannabis en provenance d’Inde aient été envoyés à Lamarck, il a décidé qu’il s’agissait d’une espèce de cannabis sauvage entièrement différente en raison de la forme de ses feuilles, de ses tiges et de ses bourgeons floraux. Dans son édition de 1785 d’Encyclopédie méthodique, Lamarck entre C. sativa sous Chanvre cultivée et C. indica sous Chanvre des Indes (cannabis indien ou Cannabis indica).

Jean BaptisteJean Baptiste


Alors que Jean-Baptiste Lamarck a noté que les tiges courtes et fermes de C. indica le rendaient moins utile pour les fibres, il a souligné que la consommation de cette nouvelle espèce provoquait une « ivresse » qui lui a « fait oublier ses chagrins ». La question à savoir si indica est une espèce distincte ou seulement une sous-espèce de la plante Cannabis sativa a été débattu par les botanistes et les médecins pendant des décennies et reste controversé encore aujourd’hui. Au XIXe siècle, le mot « indica » a été utilisé pour décrire le cannabis dans un contexte médical afin de le distinguer du chanvre domestiqué (le chanvre d’aujourd’hui est défini comme ayant moins de 0,3 % de THC, mais appartient toujours à l’espèce Cannabis sativa). Plus tard, les craintes concernant le cannabis en tant que narcotique et menace sociale potentielle ont abouti à son interdiction au XXe siècle, ce qui a mis un terme à la plupart des études sur cette plante. En Amérique du Nord, les avocats de l’époque de la prohibition utilisaient le terme « indica » pour éviter le « Cannabis sativa », qui était illégal, et ainsi d’éviter la prison à leurs clients. Parallèlement, les cultivateurs du marché illicite ont exploité le terme « indica » qui, à tort ou à raison, était associé à un effet d’intoxication plus puissant.

Les patients d’aujourd’hui n’ont guère plus d’informations que celles que Lamarck avait publiées il y a des siècles, à savoir que les indicas sont censés être plus relaxants que les sativas. Alors que les scientifiques continuent de découvrir les complexités du cannabis et ses applications médicales potentielles, ils ne trouvent que très peu de différence entre les niveaux de THC et de CBD des indicas et des sativas. Toutefois, classifier le cannabis d’une nouvelle façon qui trouve écho auprès des patients – et qui fait consensus parmi les scientifiques – reste aussi difficile aujourd’hui qu’il y a 200 ans. C’est pourquoi les termes « indica » et « sativa » sont toujours aussi omniprésents. 

Pourquoi les termes « indica » et « sativa » sont-ils moins fiables pour ce qui est des résultats pour les patients?


Pourquoi les termes « indica » et « sativa » sont-ils moins fiables pour ce qui est des résultats pour les patients?

Fondamentalement, la plupart des variétés de cannabis offerts aujourd’hui aux patients sont le résultat de décennies de croisements et d’hybridations. Ces mélanges de génétique indica et sativa peuvent potentiellement produire des effets qu’un patient n’aurait pas prévus. Par exemple, se fier à des souches à dominance indica pour une utilisation le soir pourrait ne pas donner les effets sédatifs escomptés; à l’inverse, sélectionner des souches à dominance sativa pendant la journée pourrait potentiellement rendre somnolent.

Même si un produit revendique des origines indica ou sativa pures, le fait d’estimer les effets thérapeutiques d’une variété selon sa hauteur, la structure de ses branches et la forme de ses feuilles a ses limites. Comme la plupart des plantes, le cannabis réagit à son environnement immédiat et, de ce fait, sa croissance est influencée par des facteurs comme la température, la lumière et les conditions du sol. Des études ont montré des différences entre les cannabinoïdes des plantes d’une même souche qui ont poussé dans des conditions environnementales différentes, et même dans des lieux géographiques différents. Autrement dit, une souche cultivée en Alberta pourrait avoir des ratios de cannabinoïdes différents – donc différents effets sur un patient – que la même souche cultivée au Nouveau-Brunswick.

L’autre cas à considérer est ce qu’on appelle l’effet d’entourage, dans lequel les composés du cannabis agissent en synergie, comme les instruments de musique d’un orchestre. Les différentes combinaisons de cannabinoïdes et de terpènes rencontrées d’une souche à l’autre jouent chacune une mélodie différente, pour ainsi dire, et les experts estiment que ces combinaisons sont plus révélatrices d’un effet thérapeutique que les origines indica ou sativa. En d’autres termes, une souche à dominance indica pourrait avoir un résultat thérapeutique semblable à celui d’une souche à dominance sativa si les cannabinoïdes, les terpènes et d’autres composés végétaux, comme les flavonoïdes, sont très semblables.

 

Autres façons de classer le cannabis médical


Autres façons de classer le cannabis médical

Une approche différente pour les patients consiste à prendre en considération le profil chimique d’une souche de cannabis ou d’un produit donné et à associer ces profils à leurs besoins thérapeutiques uniques. Voici quelques façons de classer les variétés de cannabis sans l’utilisation des termes indica et sativa : 

Cannabinoïdes : Les ratios de THC et de CBD étant souvent indiqués sur les étiquettes des produits, il s’agit du moyen le plus simple de déterminer les effets. Par exemple, un pourcentage plus élevé de THC, un cannabinoïde enivrant, pourrait être mieux adapté à une utilisation en soirée, tandis que pendant la journée, un ratio plus élevé de CBD non enivrant pourrait être un meilleur choix, tout dépendant des symptômes que vous essayez de gérer et les directives données par votre fournisseur de soins de santé. À mesure que les chercheurs en apprennent davantage sur les cannabinoïdes présents en plus petites quantités, comme le CBG et le CBC, les quantités ou les ratios de ceux-ci pourraient également être utiles aux patients à l’avenir. N’oubliez pas qu’aucun composé de cannabis ne fonctionne en vase clos et qu’un fournisseur de soins de santé ou un pharmacien formé sur le cannabis peut vous aider à vous y retrouver.


Cannabis FleurCannabis Fleur


Terpènes : On affirme souvent que le THC ou le CBD sont à l’origine du goût et de l’odeur caractéristiques d’une variété de cannabis donnée, mais les cannabinoïdes sont inodores. Les terpènes sont des composés chimiques âcres produits par les trichomes qui recouvrent les fleurs de cannabis. Les terpènes sont présents dans la plupart des plantes du monde, et le cannabis en produit plusieurs centaines dont l’odeur peut être douce ou rappeler celle d’une moufette. Ce qui est important pour les patients, c’est que la force et la combinaison de ces composés pourraient être davantage responsables des effets thérapeutiques du cannabis que les cannabinoïdes THC ou CBD. Alors que la recherche sur les terpènes n’en est qu’à ses débuts, les scientifiques pensent que les cannabinoïdes pourraient aider les terpènes à franchir la barrière hémato-encéphalique, ce qui en ferait des acteurs importants du cannabis médical. Si, en tant que patient, les souches de cannabis ou les origines génétiques vous semblent plus importantes, il est important que vous sachiez que la composition en terpène est issue de traits héréditaires non influencés par l’environnement ou la géographie [CT20]. Contrairement aux cannabinoïdes, dont la concentration est parfois variable, les terpènes sont relativement peu affectés par les facteurs environnementaux. C’est peut-être la raison pour laquelle une autre étude récente a suggéré que la perception du goût pourrait être un marqueur plus fiable des effets d’une variété que les cannabinoïdes.

Parmi les centaines de terpènes produits par le cannabis, une poignée de terpènes sont présents à forte dose dans la plupart des cultivars. Voici les plus courants :

  • Myrcène : Également présent dans le houblon et la mangue, le myrcène possède une odeur musquée, presque semblable à celle de la moufette, et il aurait des effets sédatifs et analgésiques.

  • Limonène : Possède une odeur aigre-douce, est également présent dans l’écorce des agrumes et peut rehausser l’humeur.

  • Bêta-caryophyllène : Retrouvés également dans le poivre noir et le clou de girofle, les bêta-caryophyllène pourraient avoir des propriétés anti-inflammatoires.

  • Pinène : Ce terpène stimulant, qui dégage la même odeur que les pins, serait anti-inflammatoire et pourrait être un bronchodilatateur.

  • Linalol : Fortement associé à la lavande, ce terpène floral est connu pour ses effets calmants et pourrait réduire l’anxiété et le stress.

Mais, là encore, le fait de remarquer le terpène qui vous convient sur une étiquette, ou qui figure comme caractéristique d’une certaine souche, ne signifie pas qu’il fonctionnera de manière isolée. Les composés du cannabis agissent ensemble dans un tout thérapeutique. Enfin, les recherches actuelles sur les terpènes portent sur leur inhalation, et non sur leur ingestion. Si les formes comestibles, les gélules ou les huiles sont vos méthodes de prédilection, il n’existe pas encore de preuves scientifiques que les terpènes ingérés ont les mêmes effets sur l’organisme que lorsqu’ils sont inhalés.

 

Qu’en est-il des noms de variété?


Qu’en est-il des noms de variété?

Aussi variés que créatifs, les noms des variétés de cannabis peuvent parfois aider les patients à déterminer la lignée d’un produit. Cependant, contrairement à d’autres secteurs agricoles où il existe des règlements stricts concernant les conventions de dénomination, comme le raisin de cuve, les producteurs de cannabis sont libres de nommer leurs produits comme ils le souhaitent. De plus, les sélectionneurs peuvent hybrider plusieurs fois le cannabis pour créer des variétés uniques en leur genre, ce qui pourrait rendre récessives les caractéristiques dominantes d’une souche, et vice-versa. Comme les noms sont laissés aux soins des producteurs et des transformateurs, ils ne garantissent pas la véritable identité génétique d’une plante. Évaluer les ratios en cannabinoïdes et les profils des terpènes, le cas échéant, pourrait être une façon plus fiable de prévoir les effets thérapeutiques pour les patients.

Tout comme certains analgésiques ou antidépresseurs, le traitement au cannabis peut nécessiter une période d’essais et d’erreurs, à mesure que vous et votre fournisseur de soins de santé trouvez le bon produit pour gérer vos symptômes. Notre équipe Cannabis médical de Shoppers Drug MartMC est formée en cannabis médical et peut vous aider à vous y retrouver. Pour toute question, veuillez communiquer avec nos professionnels qualifiés.